A visiter sans modération autour de La Castelière

Nous n'avons pas la prétention de dresser ici une liste exhaustive de toutes les activités et visites possibles sur la région, mais simplement de vous en donner un apercu en sélectionnant, de facon très subjective, ce qui a paru le plus interessant et le plus significatif.
N'hésitez pas à nous interroger pour de plus amples renseignements. C'est avec plaisir que nous vous parlerons de cette région au charme incontestable.



CHARLIEUcharlieu 01
Ville médiévale classée "Plus Beaux Détours en France", est sans doute l'un des plus beaux villages moyenâgeux de la Loire, au patrimoine exceptionnel.
L’abbaye bénédictine, son narthex, son cloître, les vieilles maisons à pans de bois, l’hôtel de ville restauré et ses tapisseries d’Aubusson, l’église St Philibert et ses peintures sur bois, les rues piétonnes, le musée de la soierie et hospitalier et tout près, le couvent des Cordeliers.


chauffaillesCHAUFFAILLES
Le Château (lié à une page de la famille D'AMANZE : construit au XVème siècle, saccagé pendant la Révolution et transformé au XIXème siècle, ne se visite pas, sauf en été où s'y tient  des expositions de peinture) est, avant tout, un agréable but de promenade, car situé  en bordure de son étang. Les points d'intérêt, dans la plus pure tradition brionnaise, ne manquent pas : le canton de Chauffailles s'émaille de ses monuments, riches d'histoire, sobres et émouvants que sont  les églises romanes. Ainsi, aux côtés du  Château de la Magdeleine (construit au XVIème siècle mais très remanié au XIXème par ses propriétaires successifs, ne se visite pas),  l'église collégiale Saint-Pierre et Saint-Paul se dresse fièrement en terrasse au-dessus de  Châteauneuf. Au delà du  Sornin, plus modeste mais non moins attachante,  la petite église du XIIème siècle de Saint-Maurice-les-Châteauneuf nous offre ses secrets.
De même, vous pourrez découvrir  le clocher si caractéristique de la chapelle de Saint-Martin-de-Lixy ou encore les  superbes baies géminées de celle de Chassigny-sous-Dun : un joli coup d'oeil qui ne manque pas de séduction.

paray le monialPARAY LE MONIAL
La première église, construite en 977, fut placée sous le vocable du Saint Sauveur, de la Vierge Marie et de Saint Jean Baptiste, sans être rattachée à  l'ordre de Cluny. Ce qui fut fait en 999, en présence du Roi de France en personne.
Paray le Monial se développa alors de manière considérable.
Nous devons la construction actuelle à Hugues de Semur (fin du XII° - début du XIII°)
La révolution francaise détériora profondément le bâtiment.
C'est en 1875 que le pape éleva l'église de Paray le Monail au rang de basilique mineure.
Aujourd'hui, la basilique de Paray le Monial est consacrée au sacré Coeur et utilisée dans le cadre de pélerinages (Soeur Maguerite Marie, béatifiée en 1864 / 1865)

LA BENISSON DIEU benisson L'Abbaye de La bénisson Dieu
est une abbaye cistercienne fondée au XIIe siècle. De l'église abbatiale, il ne reste plus rien qu'une nef centrale intégrée dans l'église paroissiale actuelle. C'est une construction typique de la période de transition roman-gothique. Elle présente des fresques, des statues, des sculptures et des vitraux anciens en grisaille avec une jolie rosace. Chapelle baroque du XVII° siècle.

Le village compte de belles maisons construites en pierres jaunes en pisé (voir la maison notariale au centre du village). Toujours dans le centre du village, quelques maisons montrent leurs murs montés à partir de tuiles de rebut, souvenir de l'activité tuilière dont un autre vestige est la cheminée de la briqueterie encore visible dans le village (source wikipedia)


AMBIERLEambierle
Son histoire se confond avec celle d'une abbaye fondée au Haut Moyen Âge par des Bénédictins, puis réduite en prieuré et rattachée à l'Ordre de Cluny au Xe siècle.
Le prieuré d'Ambierle, originellement une abbaye bénédictine, a été reconstruit au XVe siècle par le prieurAntoine de Balzac d'Entragues. Il présente une toiture de tuiles polychromes vernissées de style bourguignon, de magnifiques stalles en bois sculpté, un retable de la passion du XVe siècle et des vitraux aussi du XVe siècle. Inscrit monument historique le 12 mai 1975.
L'église Saint-Martin d'Ambierle, classée monument historique en 1840.
Elle abrite un exceptionnel retable polychrome : le retable de la Passion, du maître d'Ambierle, lui aussi classé.
Le village possède aussi un musée de la vie quotidienne rurale de 1840 à 1940 : le musée Alice-Taverne.
La commune abrite à l'embranchement de la route des Villards, un ancien tunnel, dans lequel circulait le "Tacot", au début du XIXe siècle, entre Roanne et la Côte Roannaise, des Chemins de fer Départementaux de la Loire. Ce tunnel de pierres, long de près de 180 mètres autrefois champignonnière, est aujourd'hui reconverti en salle de repos et de conservation pour la production des maitres fromagers régionaux, la famille Mons. (source Wikipedia) 



le crozetVILLAGE MEDIEVAL LE CROZET
Au Nord du département de la Loire, au contact de la Plaine Roannaise et des Monts de la Madeleine, le village médiéval de Crozet campe fièrement sur son promontoire rocheux. Si le site de Crozet permet d’observer la Plaine du Roannais, les massifs du Beaujolais, du Mâconnais et du Morvan, c’est aussi un village qui vous séduira par son incomparable architecture, témoin d’un passé prestigieux.

De ce passé glorieux, reste un bourg riche en bâtiments d’époque médiévale et Renaissance, que vous pourrez découvrir en visitant le site de la commune Le Crozet.


SAINT JEAN SAINT MAURICE SUR LOIREst jean st maurice
Les origines de ce village remontent à la préhistoire.
Le territoire de Saint Maurice a été occupé dès l’époque préhistorique. Un gisement du moustérien et un site magdalénien ont été découverts au pied du village, sur la rive gauche de la Loire.
Sur la rive droite, face au bourg de Saint Maurice, un vaste oppidum s’est établi au 2° siècle avant J.C.
Point stratégique des gorges de la Loire, le site fut très tôt occupé par des postes défensifs.



nerondeVILLAGE MEDIEVAL DE NERONDE
"Néronde vieux village" indique sobrement le panneau lorsqu’on arrive par la route de Balbigny.
Certains habitants en revanche n’ont pas craint d’élever Néronde au rang de « petit Pérouges ».
Entre le panneau un peu réducteur et la formule facile, le promeneur qui suivra ses ruelles étroites pourra constater par lui-même l’intérêt des vestiges de ce vénérable village.     
Dominant la plaine, Néronde, 447 habitants et chef-lieu de canton entre Beaujolais et Forez, se tasse sur une crète des Montagnes du Matin.
Certains auteurs ont vu dans l’origine de son nom une allusion à Néron, Empereur de Rome dont une des légions aurait établi son camp dans les proches environs.
En 984 pourtant, c’est le nom « Nigra Unda » qui apparaît pour la première fois, remplacé au XIIème siècle par Neironda. « Nigra » pour noire, « Unda » pour ondes, une allusions aux eaux noires de la petite rivière Chevevoux qui coule depuis le village voisin de Bussières


SAINT HAON LE CHATEL
saint haon le chatel
L'un des fleurons du Roannais, véritable musée à ciel ouvert, où l'on peut revivre dix siècles de civilisation: de cette grande ville du Forez au Moyen-Age (2000 habitants au milieu du XIVème siècle) que reste-t-il?
Des vestiges de hautes murailles, 17 tours rondes ou carrées, quatre portes, des fortifications construites au milieu du XIVème sièclepour protéger la ville contre les bandes des pillards, les «routiers»
Passé la porte cloutée dite de l'Horloge, vous entrez dans un dédale de rues montantes et vous vous trouvez devant parfois un vrai décors de théâtre: des maisons de toutes les époques, à l'architecture, aux matériaux et aux styles de restauration les plus divers: maisons à pans de bois avec encorbellement de la fin du moyen-âge, belles demeures Renaissance avec ouvertures et escaliers en pierre dorée, belles maisons bourgeoises du XVIIIème siècle, maisons originales de commerçants du XIXème siècle...
A visiter sans délai !


pouilly les feursPOUILLY LES FEURS
Autrefois appelé Poliacus, l'origine de notre village remonte à l'antiquité. Après une occupation par les Celtes, puis par les Romains, les moines de Cluny s'y installent à la fin du Xème et bâtissent l'église et le prieuré bénédictins.
Pouilly se construit autour de ces édifices et se ceint de remparts protecteurs, dont il reste de beaux vestiges aujourd'hui. Autre richesse du village, le pavillon, construit par les seigneurs de Pravieux au XVIème siècle.




MARCIGNYmarcigny
La Tour du Moulin fut édifiée entre 1410 et 1420, sur ordre de Jean Sans Peur, duc de Bourgogne, pour défendre son duché contre les Armagnacs.De ses 25 mètres de hauteur (13m sous toiture, et 12m de flèche), la tour du moulin est dans un état de conservation remarquable. Ses murs sont de 2,80 m à la base et 1,20 m au sommet.Sa façade, ornée de plus de 200 gibbosités, reste encore un mystère quant à leur signification.
Une convention entre le Seigneur de Semur et le prieur permet en 1266 la création d'un marché, le lundi, très prospère et qui dure toujours !.


le petit louvreLE PETIT LOUVRE (LA PACAUDIERE)
Monument (XV et XVIè siècle) de styles gothiques et Renaissance. Il fut gîte d'étape pour les officiers, relais de poste au service du Roi, brigade de maréchaussée, presbytère. Charpente à 3 étages en forme de coque de bateau renversée, nombreux graffitis.






PERREUXperreux
Vieux village médiéval et campagne couverte de châteaux et de maisons bourgeoises.
Au sein du village, trois chapelles inscrites à l'inventaire dont la chapelle du XIIème siècle accolé à la nouvelle mairie et les deux chapelles latérales du XVème siècle de l'église.
Deux ou trois hôtels particuliers du XVème siècle qui furent édifiés par la bourgeoisie de robe de l'époque.
Une quinzaine de maisons à pans de bois du XVIème siècle se pressent dans la Grande Rue et la Rue du Château. Peu sont restaurées et les  colombages se distinguent sous les enduits relativement anciens. C'était un travail soigné et les assemblages de la structure bois se faisaient sur le lieu de la coupe.

villerestVILLEREST
Situé en hauteur, le bourg médiéval de Villarys avec ses remparts et sa Porte de Bise, site classé et ses maisons en encorbellement et à colombages des XVe siècle et XVIe siècles.







CHATEAU DE LA ROCHEchateau de la roche
Ancré sur son piton rocheux depuis le XIII° siècle, c'est le monument emblématique des gorges de la Loire.
Tour à tour poste de giet, point de pége ou réidence d'été, il a vu se succéder de nombreuses familels jusqu'à ce que, en 1993, il soit acquis par la commune de Saint Priest la Roche.




ACCROBRANCHES DE BECAJATbecajat
C'est au coeur de la forêt de Bécajat, site de plus de 100 ha, proche de Roanne, que vous pourrez partager amusements, sensations et grands frissons sur des ateliers concus pour évoluer en toute sécurité à la cîme d'arbres centenaires.
En outre, des tables pique-nique vous y attendent !
Le bonheur absolu en quelque sorte.


altibulleALTIBULLE
Envols en montgolfière au départ de la région Roannaise. Mais aussi quelques autres zones d'envol : Feurs, Lapalisse, Paray le Monial, Vichy, Saint Maurice les Châteauneuf.
Activité accessible à tous et à tout âge. 
Formidable idée de cadeau.
Le vol est calme, le balcon formé par la nacelle est trés sécurisant.
En ballon libre le vertige n'existe pas. La sensation de vertige n'est possible que relié au sol.



PLAN D'EAU DU BARRAGE DE VILLERESTlac de villerest
Deux ports de plaisance : port de Bully au pont de Presle et port de la Caille à Saint-Jean Saint-Maurice,
Plusieurs points de mise à l'eau, dont celui de Villerest,.
Plage
Musée de l'heure et du feu à Villerest, Belvédères de Commelle-Vernay, Point de vue du Pet d'Ane...
Restaurants, bars, un golf de neuf trous à Villerest et différents loisirs : centres équestres...


CANOE KAYAK
RANDONNEES (A pied, à vélo, VTT et à cheval)
Découvrez les multiples facettes de la randonnée dans le Roannais. 
Au fil de la  Loire, sur les pas de Saint-Jacques de Compostelle ou dans les Monts de la  Madeleine, le ressourcement est garanti !



LA PRALULINEpralus
Brioche savoureuse aux éclats de praline maison -amandes de la région de Valencia et noisettes du Piémont rosies et concassées- la Praluline est régulièrement expédiée à des amateurs dans le monde entier (USA, Japon, Suède...).
Elle est la vedette de la Maison PRALUS et est devenue l'ambassadrice du savoir-faire gastronomique de la région roannaise.
"Epatante brioche au beurre, farcie de pralines roses" selon la définition savoureuse de Gilles Pudlowski, la Praluline a su franchir les frontières de sa renommée locale pour s'imposer comme la vedette incontestée de tous les magasins Pralus (Paris, Charlieu, Renaison ...). (extrait du site pralus)


andouille de charlieuL'ANDOUILLE DE CHARLIEU
Assez méconnue et tout à fait inhabituelle comparée aux autres andouilles avec sa forme mafflue, sa couleur rose blanchâtre et son goût prononcé, l'andouille de Charlieu est pourtant solidement implantée dans son terroir.
La viande de porc (chaudins, estomac, cœur), minutieusement coupée, marine d'abord une à deux semaines dans du vin rouge mélangé à des aromates et épices, avant son emboutissage dans un gros intestin de l'animal.
L'andouille est ensuite mise à sécher plusieurs semaines, perdant jusqu'à la moitié de son poids. Une fois dessalée, elle est mise à cuire dans de l'eau durant plusieurs heures.
L'andouille peut se conserver plusieurs semaines pendue dans une cave fraîche, où elle prendra naturellement le temps de s'affiner et de corser sa saveur.
La véritable Andouille de Charlieu se reconnaît à une pastille en bois de frêne estampillée d'un logo de l'andouille avec sa fiche de conseils.
L'andouille se mange généralement en entrée, froide, coupée en tranches, avec de la salade verte et des cornichons. En plats chauds, elle peut tenir le rôle principal, accompagnée de pommes de terre vapeur et d'une noix de beurre, ou avec des lentilles améliorées d'oignons et de rondelles de carottes.
Depuis 1998, les bouchers et charcutiers charlieudins veillent à faire connaître ce produit par le biais d'actions menées par la Confrérie des Faiseurs d'Andouille de Charlieu


SAINT ALBAN LES EAUXsaint alban
Créée en 1866 par un décret impérial de Napoléon III, Saint Alban les Eaux est surtout connue pour l'exploitation de ses 4 sources d'eau minérale.
Ces eaux, naturellement gazeuses furent connues et réputées dès l'époque romaine. Plus récemment Saint Alban les eaux connut une curiste célèbre: Madame de Sévigné.
Aujourd'hui, propriété du groupe européen Refresco, les eaux de Saint Alban connaissent un succès grandissant.
A Signaler le restaurant "Le Petit prince"


cote roannaiseVIGNOBLE DE LA COTE ROANNAISE
Etagé sur un coteau de 20 km de long, le vignoble de la Côte Roannaise surprend ceux qui prennent le temps de le découvrir.

Non loin de Roanne, la ville éponyme, c'est dans une campagne vallonnée, aux essences variées et autour de villages riches d'un patrimoine sauvegardé, que le Gamay, issu de ces vignes, donne amoureusement des vins vrais et gourmands de nature. (source: http://www.cote-roannaise.fr)



LES BISONS DES MONTS DE LA MADELEINEbisons
Visitez un élevage de Bisons au coeur des Monts de la Madeleine.
Vous pourrez y pique-niquer et déguster de la viande bison!
Aussi tendre mais plus goûteuse que le boeuf !


 

Tracez votre itinéraire
    Voir les options

De    :  ou 

Vers :  ou